LNC du 26/01/2016 : Le Women Sup Tour 2016 a tenu toutes ses promesses

0
652

Commencé le 16 janvier, à Koné, le Women Sup Tour (WST) 2016 a trouvé son épilogue dimanche à la Roche-Percée. Cette deuxième édition s’est avérée très positive pour ses organisateurs.

Dimanche, à Bourail, la gent féminine a pris plaisir à découvrir aussi bien le sup fitness dans le lagon de Poé que le paddle sur le cours d\'eau du creek, le tout bien conseillée par les bénévoles de l\'ANG lors de leur dernière étape.Dimanche, à Bourail, la gent féminine a pris plaisir à découvrir aussi bien le sup fitness dans le lagon de Poé que le paddle sur le cours d’eau du creek, le tout bien conseillée par les bénévoles de l’ANG lors de leur dernière étape. Photos nadege bège

 

Partie de Foué le 16 janvier, après avoir fait escale à Koumac, Poindimié et Hienghène, la caravane du Women Sup Tour 2016 s’est arrêtée le week-end dernier à Bourail pour ses deux dernières étapes, samedi, sur le spot du Creek salé, et dimanche à la Roche-Percée.

Pourquoi avoir choisi Bourail comme étape finale de cette deuxième édition ? « C’est là, où, généralement, nous avons le plus de monde », répond Mickaël Calmels, conseiller technique de l’ASPTT Nouméa Glisse, association instigatrice de cet événement en Brousse. Des propos qui se sont vérifiés dès samedi, lors de la première séance.

 

« Faire découvrir le paddle »

De 9 heures à midi, sous un soleil de plomb, une cinquantaine de femmes sont venues s’initier ou s’adonner gratuitement au stand-up paddle et à ses différentes pratiques, comme le sup fitness et le sup yoga. Cette affluence de la gent féminine n’a pas manqué de ravir la douzaine de bénévoles qui encadrent les activités mais aussi Johny Lasiman, le président de l’ASPTT Nouméa Glisse (ANG), présent lui aussi sur le site.

Ce dernier n’a pas manqué de rappeler le but de ce Women Sup Tour. « Notre objectif est de faire découvrir le paddle en dehors de Nouméa, de faire découvrir des spots différents pour la pratique de cette discipline en vogue, mais aussi de passer le relais à des structures locales. L’année dernière, poursuit-il, après notre passage à Koné, un club de paddle a été créé. »

Samedi, les enfants des participantes ont également pu s’adonner à cette discipline. « L’avantage du sup, c’est que c’est un support de glisse très facile. Au bout de quelques minutes de pratique, les gens sont à l’aise. Dans les eaux calmes de ce creek, les participants ont pu évoluer tranquillement, voire s’éclater », lâche Mickaël Calmels.

 

200 amateurs

Dimanche, matin, durant trois heures, l’équipe de l’ANG a renouvelé cette opération à la base nautique de la Roche-Percée. La rivière Néra a servi de cadre pour les séances d’initiation et pour les balades en sup. Comme la veille à Poé, la vingtaine de participantes, séduites, ont bénéficié de bonnes conditions météorologiques.

Au terme de cette dernière séance, les organisateurs affichaient un large sourire. « Nous sommes très satisfaits. D’une manière générale, attendus dans tous les villages étapes, nous avons été très bien accueillis. Nous avons eu un public très diversifié et un accueil chaleureux », se félicite Mickaël Calmels. « Au total, sur cette tournée, nous avons pu échanger et partager notre passion pour le sup avec quelque 200 femmes et enfants », comptabilise Émilie Simonet, responsable de la commission sup de l’ANG. Et de conclure : « Même si c’est un peu moins que l’an passé (300 participantes en 2015, NDLR), le bilan de ce deuxième Women Sup Tour reste très positif ». Les organisateurs laissent d’ailleurs entendre qu’ils seraient partants pour une troisième édition, avec le souhait de faire escale dans de nouvelles communes.

Louisa (Bourail)

C’est une superbe initiative, utile et très plaisante. Je découvre le paddle. Je me suis assez vite habituée à la planche et j’ai pu ainsi tenir l’équilibre, qui est indispensable pour la pratique de cette discipline. C’est une activité sportive qui me plaît beaucoup et je pense que je vais m’y mettre. Je salue au passage l’accueil des organisateurs.

 

Audrey (Nouméa)

Etant en camping à Bourail, je suis venue participer à cette matinée. J’ai déjà pratiqué cinq à six fois, mais, là, j’ai découvert un autre cadre que la mer. Je me suis promenée dans le creek, et c’est très agréable. J’ai apprécié cette initiative car nous avons pu bénéficier de quelques conseils judicieux pour améliorer notre pratique.

 

Armelle (Bourail)

C’est l’occasion de s’initier à un sport que je ne connaissais pas et en plus, c’est gratuit ! Je découvre le paddle et du coup, j’ai pu me rendre compte que c’est un sport complet. Cela me donne vraiment envie et j’espère que j’aurai l’occasion de le pratiquer à Bourail. C’est convivial, les gens sont super sympas et on peut venir entre copines.

Ginette (Tontouta)

Ayant déjà des bases en stand-up paddle, je voulais me perfectionner. Je veux obtenir des professionnels présents de bons conseils comme les mouvements de la rame, mais aussi comment faire et réussir les demi-tours. J’ai commencé par le stand-up paddle et j’ai terminé par une séance de sup fitness. L’équipe est géniale !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here