LNC du 13/11/2017 : Un kilo de mégots ramassés sur la plage

0
603
L’ASPTT Nouméa glisse et Caledoclean ont uni leur force, samedi matin, pour nettoyer la plage une semaine avant la Ariwaves Noumea dream cup.

C’est le troisième nettoyage réalisé par l’ASPTT Nouméa glisse, ou ANG, mais le premier en collaboration avec l’association Caledoclean.
C’est le troisième nettoyage réalisé par l’ASPTT Nouméa glisse, ou ANG, mais le premier en collaboration avec l’association Caledoclean. Photos Caledoclean
A.-C. P.

C’est devenu une habitude pour l’ASPTT Nouméa glisse. Nettoyer la plage de l’Anse-Vata avant la Airwaves Noumea dream cup, qui se déroule du 21 au 27 novembre. Samedi matin, les membres de l’association s’y sont attelés avec ceux de Caledoclean. « C’est une façon de sensibiliser à la beauté de notre environnement. Il faut en prendre soin, d’autant qu’on a la chance d’avoir un littoral magnifique. L’Airwaves Nouméa dream cup est une vitrine du pays, commente Stéphane Bouquillard, présidente de l’ANG, donc on veut montrer l’exemple. » Pendant une heure, une vingtaine de volontaires a arpenté la plage en direction du Rocher à la voile.

1 mégot = 500 litres d’eau pollués

En s’attardant, outre les déchets habituels, canettes, plastique, etc., sur les mégots de cigarette. Résultat, près d’un kilo en a été ramassé. De véritables pollueurs malgré leur petite taille, ce qui les rend parfois invisibles dans le sable. « En fait, on ne se rend pas compte de la quantité qu’il y a, quand on marche sur les plages, on ne les voit pas. Or, un mégot pèse deux grammes et pollue 500 litres d’eau », appuie Thibaut Bizien, président de Caledoclean. Un kilo peut donc polluer 250 000 litres d’eau. « On fait un peu la guerre aux mégots, on demande aux gens de ne pas les jeter par terre. La dernière fois, lors d’un nettoyage à la Côte-Blanche, c’est trois kilos de mégots qu’on a récupérés, ce qui représente 750 000 litres d’eau pollués. » Un fléau pour Thibaut Bizien, d’autant qu’un mégot contient environ 4 000 substances chimiques. « Le problème, c’est que ça se retrouve dans l’eau et dans les mangroves, où pondent les poissons. »

L’ANG poursuit son action pendant l’Airwaves Nouméa dream cup, avec un stand de sensibilisation. Le tri sera également fait sur le site de l’événement, où doit être installé un village, et l’association s’est vu prêter trois unités de production d’électricité photovoltaïque.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here