LNC du 11/01/2017 : Ça glisse à la darse de Tibarama

0
461

Après une première demi-journée, annulée lundi pour cause de forte pluie, la seconde étape du Women SUP Tour sur la commune s’est tenue hier matin à la darse de Tibarama, avec une douzaine de participants.

 

« La petite bande du quartier », venue avec Valérie et Ashley, a clôturé la séance de l’étape du Women Sup Tour à la darse de Tibarama.« La petite bande du quartier », venue avec Valérie et Ashley, a clôturé la séance de l’étape du Women Sup Tour à la darse de Tibarama. Photos X.H.

 

Après le déluge de lundi après-midi sur Poindimié, ayant contraint à l’annulation de la première demi-journée de l’étape du Women Sup Tour, les bénévoles de l’ASPTT Nouméa Glisse (ANG) étaient bien présents hier matin à la darse de Tibarama pour proposer gratuitement la pratique du stand up paddle.

« Nous organisons depuis trois ans, avec le concours de l’OPT et du CTOS, le Tour de Calédonie, le Women Sup Tour, explique Catherine Calmels, de l’ANG. On participe à un concours dont on est lauréat, donc, on a une subvention pour aller dans certaines communes afin d’initier les femmes et les enfants au paddle. Ce matin, les enfants sont encadrés par Charlotte et Caroline. »

 

Pas assez de communication

Quelques nuages laissaient apparaître le soleil, pas de vent, juste une petite brise, la météo était idéale hier matin sur le plan d’eau de Tibarama. Malheureusement, le public n’était pas en nombre au rendez-vous. Ce que regrette Ashley, habitué du Sup Tour, qui pointe un manque de communication autour de l’événement : « Il faudrait peut-être faire des affiches, des communiqués à la radio pour attirer plus de monde. » Une affiche existait pourtant sur le panneau d’affichage à la darse de Tibarama, mais il semble qu’elle n’ait pas été placardée dans toutes les tribus et les commerces de la commune.

En petit comité donc, l’ambiance était conviviale et les quelques participants, adultes comme enfants, sont repartis ravis. A l’image de Laura Baraduc, venue de Païta en vacances dans sa famille à Poindimié. « Ça me tentait de faire du paddle. Quelqu’un est venu me prendre en charge. En premier, on a appris les bases dans la darse, comme tourner, piquer, etc., puis on est sorti un peu dans le bleu [lagon]. On a pagayé, on a regardé les coraux, on a recommencé, et voilà. J’aimerais bien renouveler cette expérience. »

Pendant ce temps, deux petits bouts de chou, assises sur le paddle, Selma, trois ans, et sa sœur Omeïma, 18 mois, se font pormener par les animatrices sur le plan d’eau de la darse. Elles habitent à proximité et sont venues avec leur papa, Thomas Duval : « On est descendu avec les filles pour découvrir l’activité, indique-t-il. Ça leur a fait plaisir de « faire du bateau avec des bouées » comme elles disent. » Selma ajoute : « C’était bien, la dame était gentille, on a tourné, j’ai ramé aussi un peu. J’ai vu l’îlot Tibarama. J’aimerais bien en refaire un jour avec maman. »

 

Des jeux et des courses

Un nouveau petit groupe d’enfants de la tribu de Tibarama arrive avec Ashley et Valérie, qui encadre la pratique du kayak à l’association Odyssée. « Chaque année, ils nous appellent pour dire qu’ils arrivent, raconte-t-elle. A l’école de voile, on n’a pas de paddle, donc on en profite avec les petits neveux, la petite bande du quartier ! »

A la sortie de l’eau, Malo, 10 ans, est « content, c’était bien, c’est la deuxième fois que j’en faisais ». Suit Mélissa, 9 ans. « Super, je me suis bien amusée ! J’aimerais revenir l’année prochaine. » Enfin, Alexandre, 11 ans : « C’est la deuxième fois que j’en faisais. On a fait des petits jeux et des courses, j’ai trouvé ça génial ! »

Les prochaines étapes du Women Sup Tour sont aujourd’hui, de 14 à 16 heures, et demain jeudi, de 9 heures à midi, au Koulnoué Village à Hienghène, puis à Bourail, samedi, de 9 heures à midi, au Creek Salé de Poé, et de 14 à 16 heures sur la Néra, pour s’achever par une matinée au Sheraton, le dimanche 15 janvier.

Conseils techniques

« En règle générale, c’est beaucoup d’appréhension au niveau de l’équilibre, pour se mettre debout, fait observer Charlotte Lavialle, l’une des animatrices de l’ANG du jour. Donc, on commence assis, mais dès les premiers mètres, on sent que le paddle est assez stable, et du coup, les débutants se mettent rapidement debout. Après, le plus difficile, c’est pour le demi-tour. C’est vrai que ce n’est pas évident comme en kayak où on est assis. C’est un peu plus difficile de se diriger et d’avoir un bon coup de rame. Au début, on caresse beaucoup l’eau et on finit par mettre bien la rame dans l’eau et comprendre que c’est quand même bien plus efficace que de caresser l’eau. »

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here